STEVE GIASSON
                    Six travaux sans titre

files/oeuvres_nb400/Giasson_nb400.jpeg

le mot « maman » hurlé à l’unisson par des adultes dans leur(s) langue(s) maternelle(s)*

*pour ma mère Andrée Boivin
pour ma sœur Nathalie Boivin
pour toutes les mères



une lumière clignotante LED pour bicyclette accrochée à un bateau et signalant vaguement sa présence dans la nuit



une roue et un siège d’une bicyclette (laissée au port d’origine Cherbourg) transportés en bateau



des sacs de terreau (le premier acheté au port d’origine Cherbourg et les autres, lors de chaque escale, transportés en bateau jusqu’à la destination finale Saint-Nazaire) et empilés sur place)



des cartes géographiques des côtes du nord de la France et du sud de l’Angleterre tracées à bord d’un bateau longeant celles-ci, en imaginant leurs profils vus à vol d’oiseau



une phrase extraite du livre des Proverbes - chapitre 8 - verset 27, écrite à la main sur un carton en français (traduction officielle liturgique française) d’un côté et en anglais (King James Version) de l’autre, conservée sur soi tout au long d’un voyage en bateau :

Quand il établissait les cieux, j’étais là, quand il traçait l’horizon à la surface de l’abîme

When he prepared the heavens, I was there: when he set a compass upon the face of the depth:




Visites so far: 7/6613 | Edition
charte graphique : Ana Cruzzy Crews | plotseme.net : Guillaume Stagnaro | Creative Commons (cc)